Pour atteindre les Objectifs de développement du projet, le projet proposé comprend quatre composantes (pour un coût total estimé à 70 millions dollars EU) :

Composante 1 : Extension de la connectivité numérique dans les zones rurales et isolées ciblées.

Elle consiste à étendre la couverture des services TIC dans les zones rurales, ce qui conduira à une augmentation du nombre de personnes, d’administrations publiques et d’entreprises pouvant accéder aux services mobiles (voix et SMS) et à internet ;

  • (Sous-composante 1.1) : Analyse et évaluation de l’environnement des TIC cadre juridique et institutionnel (coût estimé à 3,30 millions de dollars EU). : cette sous-composante consistera en une série d’assistance technique pour renforcer les capacités des principales parties prenantes dans la définition, l’amélioration et l’application de règles pour un environnement propice à la couverture des TIC dans les zones rurales. Cette sous-composante financera l’analyse juridique de l’environnement actuel et identifiera les goulots d’étranglement qui entravent l’investissement privé (étape 2 de l’approche en cascade).

  • (Sous-composante 1.2) : soutenir l’extension de la couverture des services numériques dans les zones rurales ciblées en utilisant des mécanismes de PPP à accès libre (coût estimé à 28,20 mil- lions de dollars EU).

A travers les critères de sélection, trois (03) districts prioritaires ont été identifiés pour la composante 1 : i) les Régions du Kabadougou, du Folon ; ii) les Régions du Poro, du Tchologo, de la Bagoué ; iii) et la région du Bounkani. Ces six (06) régions sont particulièrement touchées par les problèmes de la faiblesse de la connectivité et de la productivité, ainsi que par des questions liées aux impacts du changement climatique.

Composante 2 : Services numériques pour le développement agricole durable (coût estimé à 12,50 millions de dollars EU)

Cette composante visera à promouvoir une meilleure utilisation des outils numériques dans les zones rurales dans les principales activités économiques des régions ciblées par ce projet. Les activités proposées jetteront les bases d’une meilleure diffusion des technologies pour assurer une amélioration de la productivité et des systèmes agricoles durables, ainsi qu’un meilleur accès aux informations sur les marchés. Les activités contribueront également à améliorer la gestion des données, des informations et des connaissances dans la planification, la conception, la mise en œuvre et la fourniture de services agricoles aux acteurs des filières agricoles (notamment les petits exploitants agricoles) à travers l’utilisation d’outils et d’applications numériques appro- priés, les objets connectés (Internet of Things - IoT), et le Big Data.

Elle intègre : i) l’amélioration de la fourniture de services agricoles dans les zones rurales, et développement de contenu, d’applications et de services locaux, à travers la mise en place de plateformes numérique, les « objets connectés » et le Big Data ; ii) la promotion du développement des services numériques pour le développement rural (en mettant l’accent sur l’agriculture électronique).

Sous-composante 2.1 : Agriculture intelligente et organisations de producteurs (1,50 million de dollars US). Cette sous-composante appuie les agriculteurs organisés autour d'un produit d'intérêt commun et renforce leurs capacités en matière de gestion de la production et de commercialisation intelligentes sur le plan climatique, etc. Le projet identifiera les agriculteurs qui sont engagés dans la production agricole des produits sélectionnés dans les zones ciblées du projet et renforcera leurs capacités en matière de production, de gestion et de commercialisation agricoles intelligentes sur le plan climatique, etc.

Sous-composante 2.2 : Renforcement de capacité en outils numériques (coût estimé à 2,40 millions de dollars EU). Le principal objectif de cette sous-composante est de renforcer les capacités des agences agricoles concernées à tous les stades de la collecte et de la gestion des données, afin d’améliorer la conception, la mise en œuvre et l’évaluation des politiques et programmes de développement agricole durable aux niveaux national et local. Plus précisément, cette sous-composante apportera un appui technique visant à : i) identifier les différentes institutions du secteur public, privé et non gouvernemental au niveau national et dans les régions ciblées qui sont impliquées dans la collecte des données pour la chaîne de valeur décisionnelle dans le secteur agricole ; ii) soutenir le renforcement des capacités du personnel du Ministère et des agences concernées dans les outils et les applications TIC pour la collecte et la gestion de données ; iii) fournir un appui technique pour créer un environnement favorable à la collecte des données agricoles, y compris un examen de l’état actuel des politiques, les règlements, formuler des recommandations pour la révision des lois et règlements ; et iv) réviser et améliorer au besoin la stratégie et le plan d’action actuels pour le développement, la diffusion et l’utilisation des données agricoles.

Sous-composante 2.3 : Plateforme Numérique pour le Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural (coût estimé à 2,50 millions de dollars EU). Le principal objectif de cette sous-composante est de renforcer le système de communication du MINADER. Le projet permettra de s’appuyer sur les technologies Big Data et d’assurer la libre circulation des données, des informations et des connaissances dans l’en- semble de l’administration centrale et des services régionaux et locaux. Cette sous-compo- sante aidera à établir des flux de données fiables entre le siège du MINADER et les Directions régionales et départementales. Cette interconnectivité permettra de consolider l’information agricole globale en puisant et en agrégeant les données de l’ensemble des plateformes, systèmes applicatifs et applications de tous les acteurs du projet (Big Data), y compris les centres données externes à la Côte d’ivoire : centres universitaires et laboratoires de recherche.

Sous-composante 2.4 : Développement de services numériques (coût estimé à 6,10 millions de dollars EU). Le principal objectif de cette sous-composante est de fournir des services numériques aux petits agriculteurs dans les zones du projet pour une productivité accrue. Cette sous-composante s’attaquera aux problèmes ci-dessous rencontrés par les petits agriculteurs dans les zones du projet ciblé : i) l’absence de données, d’informations et de connaissances sur l’agriculture et le climat, facilement accessibles, abordables, utiles, presqu’en temps réel, fiables et pertinentes pour obtenir des conseils à temps de sorte à améliorer la productivité des cultures et de l’élevage et générer des revenus ; ii) le manque de compétences numériques et les faibles niveaux d’alphabétisation, l’accès limité aux possibilités d’apprentissage, aux informations et connaissances pertinentes pour accéder aux marchés aux niveaux local, national, régional et international ; iii) des niveaux très bas de connectivité internet à des prix abordables pour leur permettre d’accéder à divers supports d’informations et de connaissances qui sont disponibles gratuitement sur Internet.

Composante 3 : Réhabilitation des routes d’accès rurales pour accéder aux zones de production agricole (coût estimé à 19,497 millions de dollars EU). Cette composante s’attaquera aux problèmes d’accès aux marchés par les petits agriculteurs dans les zones ciblées par le projet. Elle mettra l’accent sur les routes rurales essentielles permettant l’accès aux zones de production et aux marchés ciblés dans les zones de Divo, Daloa, Gagnoa, Korhogo, Boundiali et Bouna.

Sous-composante 3.1 : Etudes techniques (coût estimé à 1,150 millions de dollars EU). Cette sous-composante financera les études de faisabilité technique, les évaluations environnementales et sociales

Sous composante 3.2 : Travaux de réhabilitation des pistes rurales (coût estimé à 18,347 millions de dollars EU).). Cette sous-composante financera les travaux de réhabilitation d’environ 1000 km et d’entretien de 2400 km.

Les chaînes de valeur identifiées par les Ministères en charge de l’Agriculture et des Ressources Animales comme prioritaires (avec un accent mis sur les denrées de consommation courante) pour cette composante sont : a) le maïs, le manioc, le riz ; b) la banane plantain, l’igname ; c) le karité ; et d) la volaille. En tenant compte des régions où ces chaînes de valeur sont prédominantes, la composante ciblera les régions suivantes : les régions déjà prises en compte dans la Composante 1 (les Régions Kabadougou et Folon, les Régions Poro, Tchologo, Bagoué et la Région du Bounkani) plus les Régions du Haut Sassandra-Marahoué, et les Régions du Gôh, Lôh-Djiboua. Ces cultures s’inscrivent en majorité dans le secteur agricole informel. Les producteurs et les agriculteurs pour ces cultures sont principalement des femmes.

Composante 4 : Gestion du Projet. Elle comprend la gestion, la coordination, le suivi et l’évaluation du projet.

Cette composante contribue à la création d’une Unité d’Exécution du Projet (UEP) et couvrira la formation, les équipements de bureau, les coûts de fonctionnement, les audits et les communications ainsi que le Suivi et évaluation (S&E), les études environnementales et sociales, leur mise en œuvre et/ou le suivi de leur mise en œuvre.